PRESSE

LE GROUPE LA CABOCHE N’EXISTE PLUS

 

[Chronique] La Caboche, l’art de la fête comme on l’aime ! (2015)

La Caboche c’est une atmosphère chaude, conviviale, où la chanson française se mélange à merveille avec la musette, avec le rock, avec la valse en passant par le punk, pour produire un détonnant coktail qui se ponctue par une énergie sur scène non comparable. Le jeune groupe a sorti son premier cd au printemps, et s’apprête à écumer l’été français en distillant sa joie et ses textes sur scène !

 

On sait combien le nom d’un album peut marquer les esprits, celui de La Caboche, « Novembre et les autres » nous intrigue, que se cache derrière ce sobriquet qui allie jeu de mot et interrogation?
Il se cache derrière un univers pluriel et intéressant, où l’accordéon et les guitares entrainent l’auditeur tout directement et l’effeuille avec l’automne. Un automne bien lumineux, qui attaque dès la première chanson, Novembre, où la voix chaude et les textes bien travaillés nous accrochent.
Les refrains à plusieurs voix apportent encore un plus à ces compositions, à travers un style qui peut passer par le ska, par le punk, par la valse endiablée…

Comme aux grandes heures de la Java, résonne A Peine, très sensuelle, puis On s’accordera, où les guitares reprennent le dessus, la voix se fait plus douce et chaleureuse, des airs sont donnés à Christian Olivier et à ses Têtes Raides, puis le rythme s’accélère, une envie frénétique de danser nous envenime !

Certaines chansons accouchent d’encore plus de hargne et de poésie, Impression nous prend aux tripes, toujours poussé par ces rythmes d’accordéon et de batterie indéfinissable.
On se perd lors de l’écoute de ce cd, on se perd entre des rythmes tziganes, entre des java de l’est, « Novembre et les autres » est donc une invitation à un voyage direct et sans escale, le projet prend forme depuis la sortie voilà un an de cette galette.
L’énergie qui en émane ne trompe pas, voir La Caboche sur scène sera sans doute dans les années à venir un incontournable pour les fans d’une chanson française travaillée, sans fard et sincère !
Source LE MUSICODROME